La mode musulmane en Indonésie

Août 30, 2022 | Collection hijab, Indonésie, Mode musulmane, vêtements musulmans

L’Indonésie représente la première nation musulmane du monde par le nombre de fidèles qu’elle compte. Et dans cette grande nation aux régions, populations et coutumes diversifiées, le port du voile n’est pas obligatoire, sauf quelques exceptions régionales. Mais en pratique, sa présence progresse parmi les Indonésiennes, notamment depuis la chute de la dictature de Soharto. Jakarta ambitionne ni plus ni moins de devenir la Mecque de la « mode musulmane en Indonésie » !

En Indonésie, comme ailleurs, on les surnomme désormais les « hijabistas » ; en référence aux « faschionistas , ces femmes musulmanes soucieuses de leur allure vestimentaire en portant le voile ou « hijab » souvent bariolé colorant ainsi les rues de la capitale, Jakarta.

Avec une Constitution reconnaissant officiellement six grandes religions dans un archipel qui compte 250 millions d’habitants, l’Indonésie est la première nation musulmane au monde par le nombre de pratiquants : près de 90 % de la population, pour la plupart sunnites et un Islam réputé modéré.

En Indonésie, le voile s’appelle « jilbab » alors que dans les pays arabes, le même mot désigne l’ensemble de la tenue sous forme de robe longue, par différence avec le terme générique « hijab ». Autorisé il y a peu dans la police, le port du voile n’est en tout cas pas obligatoire pour le reste des Indonésiennes, sauf exception régionales comme dans la province semi-autonome de Aceh sur l’île de Sumatra à l’extrémité Ouest du pays où la charia  (loi musulmane) est appliquée.

Dans la pratique, la tenue religieuse est portée par un nombre croissant d’Indonésiennes, avec jusqu’à plus de 20 millions d’adeptes au quotidien du hijab, selon le gouvernement de Jakarta.

La diversité de la culture indonésienne

Nous l’avons signalé plus haut, l’Islam en Indonésie peut prendre des couleurs assez différentes. La culture indonésienne est très diversifiée d’une île à l’autre. Et particulièrement à Java. L’Islam façonne le mode de vie de la population locale et les Javanais sont des gens très tolérants, Chaque jour, les rues de Java sont remplies par les sons de l’appel à la prière.

Les magasins et les administrations ferment plus tôt le vendredi après-midi. Les Javanais célèbrent aussi la fin du Ramadhan, et à cette occasion, la coutume veut qu’ils rentrent dans leur village ou ville natale pour célébrer l’évènement en compagnie de leurs familles et de leurs proches. Les embouteillages sont généralement monstrueux à cette période… Notons que 80 % de la population de l’île est composée de musulmans, mais il existe aussi des minorités d’hindous, de bouddhistes et de catholiques.

Les inspirations créateurs en passant du choix vestimentaire à la mode

créatrice Windri Widiesta Dhari )- mode indonesienne

La créatrice Windri Widiesta Dhari A décidé de revêtir le voile à la suite d’un rêve spirituel. « Avant, je pensais que cela serait assez contraignant, raconte la créatrice, ne serait-ce qu’à cause de la chaleur étouffante sous nos latitudes ! Notre situation d’Archipel favorise les influences multiples et aujourd’hui, je puise mon inspiration dans l’Extrême – Orient, plus qu’au Moyen-Orient, pour un style plus universel, parlant aussi à mes clientes ne portant pas le voile »

 

Windri a crée une collection éco-responsable à base de batik, le tissu ethnique traditionnel indonésien, et shibori, le tie and dye japonais. Le nombre de femmes voilées en Indonésie a commencé -comme nous l’avons signalé – avec la chute de la dictature. Windri Widiesta Dhari souligne que « l’apprentissage de la religion se faisait de manière souvent autodidacte, et le voile était autrefois marginal. Aujourd’hui, il s’affirme comme un choix personnel ».

« Personnellement, c’est au rythme de la musique punk de Patti Smith, ma chanteuse favorite, que je dessine mes vêtements. J’adore la façon dont elle porte des robes maxi, mais aussi le fait qu’elle soit l’une des premières à s’habiller avec des tenues masculines »

La créatrice Nanida Jenahara Nasution, a fondé un groupe d’échanges de conseils de mode « Hijabers Community » https://hijaberscommunity.blogspot.com/ , mais aussi de partage d’expériences entre jeunes musulmanes.

Il n’y a pas si longtemps, durant le règne de Soeharto (1967-1998), le port du voile  était en effet interdit.. Le pouvoir l’avait banni des écoles. Chez les jeunes, cette pièce vestimentaire faisait plutôt « vieillote », ringarde.

Mais aujourd’hui les choses ont bien changé et il est devenu du dernier chic de faire ses emplettes dans des boutiques spécialisées, comme celle de Dian Pelangi à Jakarta.  Sur Instagram, la styliste la plus célèbre de l’archipel abreuve chaque jour ses deux millions et demi d’abonnés d’autoportraits couleurs pastel pris aux quatre coins du monde. Elle a déjà été envoyée à l’étranger, avec Windri et Nanida pour promouvoir le savoir-faire indonésien. Associer par exemple un blazer couleur jaune moutarde à un type de voile, voilà une de ses trouvailles qui fait des ravages chez les jeunes !

Jakarta, future capitale de la mode musulmane

Jakarta a des rêves de grandeurs : pour le gouvernement, « L’Indonésie deviendra la capitale mondiale de de la mode Islamique en 2020. Notre industrie regorge de créativité et d’audace et nos stylistes ont beaucoup de potentiel ».

Le marché mondial de la mode musulmane est en tout cas très prometteur : plus de 233 milliards d’Euros dépensés par les consommateurs en 2013. Avec le nombre de musulmans qui est en hausse (1,6 milliards actuellement et près de 3 milliards en 2050, selon une estimation récente du Pew Research Center et des clients potentiels y compris en Occident , l’industrie indonésienne est déjà très dynamique, avec de nombreuses initiatives : tenue d’une Fashion Week  de la mode musulmane (organisée en même temps qu’un concours de récitation du Coran), soutient officiel de l’Etat à l’industrie et multiplication des magasins exclusivement dédiés à ce type de prêt-à-porter.

L’Indonésie prospère grâce au Hijab

La mode islamique est apparue dans l’industrie de la mode dans les années 80 et il semble que bien que ce domaine soit encore un secteur marginal, en raison de la croissance de la population musulmane et de la jeunesse de cette population, la mode islamique trouvera progressivement une meilleure place dans cette industrie.

En tant que pays musulman le plus peuplé, l’Indonésie a fait de gros investissements pour devenir un leader parmi les pays musulmans.

L’utilisation des capacités élevées de la finance islamique, la préparation de produits culturels et le soutient du gouvernement aux startups ont progressivement fait de l’Indonésie une plaque tournante pour les startups islamiques

hijup modestfashion online

HIJUP a été créée en 2011 et a concentré ses activités dès le début dans le domaine de l’habillement et du textile

HIJUP qui signifie « Hijab Up » est une startup qui se considère comme la première entreprise dans le domaine du commerce en ligne de mode islamique dans le monde. HIJUP a été créée en 2011 et a concentré ses activités dès le début dans le domaine de l’habillement et du textile. Elle connecte différentes marques nationales et internationales, en Indonésie, et vend la quasi-totalité de ses produits en ligne, mais possède également sept magasins en Indonésie.

Une mode ambitieuse qui veut séduire le monde

Des formes amples et souples, du gris, du blanc, du noir, des coupes sport sobres et nettes : la couturière indonésienne Rani Hatta (https://www.instagram.com/ranihatta/?hl=fr )  veut effacer les frontières entre « mode pudique » d’inspiration islamique et mode tout court.

En échappant au Hijab sans y renoncer vraiment, ses mannequins portent pour sa collection automne/hiver, présentée à la Tokyo Fashion Week, des casquettes de baseball stylisées, sur une cagoule et de larges et épais cols roulés.

La mode musulmane indonésienne veut séduire loin –

Mme Hatta explique à l’AFP : « Je suis indonésienne et je crée donc des vêtements pour les musulmans. Mes créations sont universelles et peuvent être portées par tous ».

Dans ses créations, de larges bandes rouges telles des sutures géantes viennent parfois briser la sage monochromie. Les matériaux, composés principalement de coton et polyester mélangés et de non tissé, donnent un air de modernité, tandis que pantalons et hauts amples, ainsi que de longs gilets sont le gage de ce que les anglo-saxons appellent « modest wear » ou « mode pudique ».

Les jeunes musulmans indonésiens trouvent des moyens de respecter le code vestimentaire de leur religion tout en explorant des tendances nouvelles, affirme la couturière.

« Je veux montrer au monde qu’en fait, la mode pudique peut être très cool et universelle  et ne se résume pas à des longues robes noires. Dans mon pays, la jeune génération trouve le hijab très ringard et ne veut pas le porter. J’ai donc conçu quelque chose spécialement pour nous afin que les jeunes soient fiers de porter le hijab » dit Rani Hatta.

Toucher une clientèle universelle

Cela est vérifiable chaque année : le secteur de la mode islamique se développe constamment et rapidement et des maisons telles que les Italiens Dolce & Gabbana ou la marque de prêt-à-porter japonaise Uniqlo proposent des vêtements de style musulman. En 2015,Uniqlo a recruté la styliste Hanna Tajima pour concevoir une ligne destinées aux femmes musulmanes

Il faut signaler que l’habillement islamique d’Indonésie diffère radicalement de celui d’Arabie Saoudite ou de certains pays du Golf, où certaines femme musulmanes portent le niqab ou voile intégrale qui recouvre tout le visage à l’exception des yeux.

Les musulmans représenteront environ 30% de la population du globe d’ici 2050, et il y a en Indonésie une population de 250 millions dont 70 à 80 % de musulmans.

Les stylistes Indonésiens créent des vêtements musulmans exclusifs

L’industrie de la mode a été l’un des secteurs les plus prometteurs en Indonésie. Aujourd’hui, la mode musulmane dans le pays est en pleine période dorée, où elle est à un niveau de valeur équivalent avec les marques de mode traditionnelles.

De nombreux évènements se déroulent annuellement pour promouvoir chaque secteur de l’industrie croissante de la mode indonésienne, y compris sa version musulmane. Son adhésion aux médias sociaux joue un rôle important dans l’élargissement du marché avec les magasins en ligne, disponibles 24hj/24 et 7jours /7 dans le monde entier, la semaine de la mode musulmane.

Il y a la semaine de la mode de Jakarta, la semaine de la mode musulmane et plus récemment la semaine de la mode d’Indonésie, autant d’évènements internationaux qui stimulent la plateforme locale de la mode. Beaucoup der stylistes locaux font également leurs débuts dans diverse parties du monde , en présentant leur patrimoine indonésien.

Nous allons vous faire découvrir quelques stylistes emblématiques qui ont été les pionniers de l’industrie de la mode musulmane, jusqu’à son plein essor.

Diane Pelangi

Jeune et talentueuse icône de la mode musulmane, Dian Pelangi a fait connaître son nom dans le monde entier avec de fascinants spectacles de mode portant les textiles traditionnels de l’Indonésie sur les podiums internationaux. La technique de coloration et le tissage original principalement de Sumatra, sont sa signature.

Dian Pelangi Is One of the Icon in the Modest Fashion Industry

Composées de détails glamour en or et de vibrantes nuances de soie, ses collections sont toujours attendues avec enthousiasme par les fashionistas. Elle est également devenue un porte-parole dans de nombreuses conférences, en plus de produire des livres de mode qui se concentrent sur la mode de rue.

Irna Mutiara

 Irna  Mutiara a été championne d’une compétition de design de mode bien connue. Cela lui a permis de développer sa propre marque depuis 2005 en différentes gammes de vêtements simples.

Fashion Show Retrospection – Sejumlah model Retrospection. Agung Pambudhy/Detikcom.

Les collections Premium sont conçues pour celles qui cherchent du caractère et des détails parfaitement intégrés dans de belles robes de mariage et des robes de soirées. Aujoud’hui, elle excelle dans ses designs de robes Syar’i, afin d’accueillir celles qui ressentent le besoin d’une tenue plus confortable et encore plus simple mais élégante.

Ria Miranda

Le style doux de couleurs pastel de Miranda crée des collections féminines qui séduisent des tas d’amateurs de mode en traquant ses dernières créations. Avec des mousses, des volants, des palettes florales et des détails chics, elle possède une énorme base de fans pour ses marques de vêtements de prêt-à-porter.

site officiel : https://riamiranda.com/

Également connue comme l’une des ambassadrices en Indonésie d’une gamme originale de maquillage, elle a développé aussi une ligne haut de gamme appelée RIA Miranda Signature pour répondre au marché exclusif avec une touche plus glamour dans ses créations.

Qonita Ghali

Ses robes sont une fière combinaison du patrimoine du Batik indonésien et de la mode moderne musulmane. Célèbre pour son utilisation du Batik peint à la main sur la soie, elle émerveille continuellement l’industrie de la mode avec ses conceptions gracieuses. Elle a réinventé le style d’utilisation du Batik, des vêtements traditionnels qui recouvraient simplement le corps à une symphonie d’art fait main que l’on peut porter fièrement et étant fabriqué en Indonésie.

 

Noor Neelofa Mohd, égérie de sa propre marque « Naelofar Hijab »

 C’est une véritable reine de beauté et actrice adulée en Malaisie, où chacune de ses apparitions télévisuelles enchante et déchaîne des millions de groupies, tous avides de lui ressembler en se procurant ses ensemble dernier cri, ses parures et foulards raffinés… Noor Neelofa Mohd, appelée plus familièrement Neelofa s’est imposée en l’espace d’un an comme un chef d’entreprise avisée, à l’avant-garde des tendances.

Noor Neelofa Mohd Noor

Noor Neelofa Mohd Noor – Top 10 of Malaysia

Egérie de sa propre marque « Naelofar Hijab », la jeune femme multi-casquettes est à la fois le visage starisé et la tête pensante de la petite entreprise de mode familiale, qui, portée et transportée par un essor spectaculaire, rivalise désormais avec les enseignes les plus prestigieuses spécialisées dans la conception de hijabs.

Le regain d’engouement pour le voile modernisé, chic et seyant et ses 1,4 millions de followers sur Twitter et 2,2 millions sur Facebook ne sont certainement pas étrangers  à son succès phénoménal qui ne se dément pas, mois après moi, au point de l’inciter à voir toujours plus grand et plus loin, au-delà même des frontières malaisiennes.

En quête de nouveaux marchés fructueux, Neefola, abonnée aux premiers prix de beauté, vise la première marche mondiale du podium et rien d’autre pour sa jeune société qui a le vent en poupe, forte de son réseau de 700 distributeurs à l’échelle nationale, de ses ventes en ligne en plein boom et de ses livraisons à l’international, de Singapour, à Brunei, en passant par Londres, L’Australie, les Pays-Bas, et jusqu’aux Etats-Unis.

Noor souligne également l’ampleur du phénomène mode lié au hijab qui s’évalue à l’aune de demandes croissantes de la part de « hijabistas » de plus en plus exigeante et toujours plus nombreuses à vouloir des collections qui les mettent en valeur, alliant modestie et élégance.

« Aujourd’hui, les femmes qui portent le hijab ne vivent pas seulement dans le désert ou dans des villages ; elles peuvent aussi être de véritables icônes », se plaît à répéter celle qui a su prospérer sur son piédestal d’icône en Malaisie, en portant son regard vers les pays occidentaux et le Vieux Continent, et ce, en dépit de la stigmatisation qui les pointe du doigt.

Signe des temps pour Neelofa, la présence très remarquée du mannequin britannique Mariah Idrissi revêtue d’un voile, dans la dernière campagne publicitaire de la marque H&M, et l’intérêt accru des couturiers occidentaux pour le hijab, ne pouvaient que l’encourager à nourrir de nouvelles ambitions.

Mais le fait est que le premier marché incontesté de la mode modeste musulmane est et reste la Turquie, devançant l’Indonésie dont la croissance extrêmement rapide et les aspirations pourraient toutefois venir bouleverser l’ordre des choses.

Dian Pelangini, sa styliste vedette qui ne compte pas moins de 2,5 millions de fans inconditionnels sur Instagram et peut se targuer de disposer de 14 points de ventes en Indonésie et en Malaisie, a été récemment nommée parmi les 500 personnes les plus influentes du milieu de la mode par le magazine britannique de référence Business of Fashion.